Inauguration de l’Exposition de Daniel Angeli à l’Abbaye de Villers-la-Ville

Nous avons l’immense plaisir de vous partager quelques images de l’exposition à L’Abbaye de Villers-la Ville qui a été inaugurée ce week-end.
C’est avec beaucoup d’émotion que nous souhaitons remercier toute l’équipe de l’Abbaye de Villers-la-Ville, ils ont tous été formidables, l’exposition est magnifique!
Nous tenions aussi à remercier l’association Voyage au pays de Johnny qui nous ont fais la joie de venir pour l’inauguration, ce qui nous a énormément touché!
Merci à tous les visiteurs que nous avons eu le plaisir de rencontrer lors de ce week-end!
Merci à tous!
La famille Angeli

Les mots du Directeur

Mesdames et Messieurs,

Qu’est-ce qui fait un bon photographe ? Ce n’est pas la qualité de son matériel, de la mise au point, du cadrage ou du tirage. C’est d’ailleurs la moindre des choses que l’on est en droit d’attendre d’un professionnel….

Ce n’est pas non plus la notoriété plus ou moins grande de la personnalité immortalisée sur la pellicule. Non. Ce qui fait la différence, c’est l’étincelle d’humanité que le photographe capte en une fraction de seconde dans le regard, l’expression du visage ou la gestuelle du modèle. Un clic pour saisir un fragment de temps et de vie qui ne reviendra pas.

Daniel Angeli, qui nous honore de sa présence, est un artiste de l’image. Il a fait sienne la phrase du célèbre photojournaliste Henri Cartier- Bresson : « Le temps court et s’écoule et notre mort seule arrive à le rattraper. La photographie est un couperet qui dans l’éternité saisit l’instant qui l’a éblouie ».

Le 5 décembre 2017, le temps s’est arrêté pour Johnny Hallyday, mais son étoile brille toujours et pour longtemps sans doute. Notamment grâce au travail de Daniel Angeli. Pendant plus de 15 ans, cet adepte du nombre d’or, à l’exemple des bâtisseurs de l’Abbaye de Villers, a su prendre la juste mesure de l’immense artiste que fut Johnny.

Une part importante de la quarantaine de photos grand format exposée sur le site de l’Abbaye nous montre Johnny sur scène. Son jardin, sa raison d’être, son oxygène.

On le découvre aussi chez lui à Marnes-La-Coquette (en banlieue parisienne), à Los Angeles et à St Barthelemy, cette île paradisiaque où il repose aujourd’hui.

A bien y regarder, les images de son ami Daniel Angeli valent mieux que 1000 mots.

Avant de se consacrer presqu’exclusivement à son « rock model » préféré, Daniel Angeli avait déjà des kilomètres de pellicule au compteur. Les proies, consentantes ou pas, de ce chasseur d’images intronisé « Roi des paparazzi » s’appellent John Lennon, Serge Gainsbourg, Salvador Dali, Caroline de Monaco, Charlie Chaplin, Mick Jagger, Romy Schneider mais aussi le roi Baudouin ou Simone Weil. Des artistes et personnages de premier plan dont le nom et l’œuvre ont traversé plusieurs générations. Cela méritait bien une rétrospective, ici-même dans la cave romane.

Johnny Hallyday et toutes ces personnalités pour beaucoup disparues et magnifiées par le talent de Daniel Angeli font désormais partie de notre mémoire collective et de notre patrimoine culturel.  Et si tout en ce monde est éphémère – les vestiges de l’abbaye sont là pour nous le rappeler – la générosité des photographes est de leur offrir encore un peu de lumière et un peu d’éternité.

Merci à la Fondation Angeli et en particulier à Daniel Angeli de nous avoir apporté cette lumière.

Merci à Jean-Claude Gerlache et à Thomas Haddad qui ont coordonné l’exposition, à Alain Delvigne, à ses stagiaires et à l’équipe technique pour la logistique.

Au nom du Conseil d’administration et de l’équipe de l’Abbaye, je vous souhaite à présent une belle découverte. Je vous remercie.

Agnelli / Angeli « Une seule lettre les sépare »

 

00104457_000002
ARCHIVES – GIOVANNI AGNELLI PLONGE NU DE SON BATEAU AU LARGE DE SAINT-TROPEZ EN 1977

La Photo qui a valu à Daniel Angeli le titre de « Roi des Paparazzi »

« Le soir, j’envoie mes films et le lendemain l’agence m’appelle. Au développement, ils ont découvert quelques gestes compromettants entre Agnelli, une des invités et son sécrétaire.. Je suis le premier surpris et un peu gêné. Est-ce que cette fois, ça ne va pas trop loin? Les photos partent quand même pour l’Italie et deux jours plus tard mon correspondant m’appelle: « Agnelli veut te voir, il va te recevoir à Turin dans sa maison de Villa Perosa. » Je n’en mène pas large, mais j’accepte.

Je prends l’avion pour Milan puis une escorte, avec de vrais policiers, nous guide jusqu’à Turin. En arrivant à proximité de Villa Perosa je m’aperçois qu’il y a, sur la route, un carabinier tous les cent mètres! Agnelli est mieux protégé que le Président de la République! Nous sommes acceuillis par Madame, charmante, qui nous indique que son mari nous attend dans son bureau.

Il est là, magnifique avec son regard bleu, sa crinière blanche. D’emblée, il attaque sur le même ton que lors de notre dernière rencontre: « Vous savez qu’une seule lettre sépare nos deux noms? »

Puis il se tourne vers son secrétaire, celui des photos compromettantes: « Vous connaissez Monsieur Angeli, le plus célèbre des Paparazzi? » Puis il ouvre une bouteille de vin. Après tout est allé très vite: « Cela fait des années que je rachète vos photos pour les enfermer dans un coffre, celles-là (les tirages sont posés sur son bureau en un tas bien ordonné) je ne vais pas les racheter et je vais vous demander de me donner les négatifs. En échange, je vous offre ce que personne n’a obtenu de moi, un reportage ici, avec ma femme et mes enfants. » Pendant qu’il parle, j’observe, soigneusement encadrée et trônant sur son bureau, la photo de lui en train de plonger nu, et je me dis que j’ai à faire à un homme inouï. J’ai donc réalisé ce reportage exclusif d’un seigneur des temps modernes au milieu des siens et gagné à jamais sa confiance.

Quelques mois plus tard, alors que je suis en pleine saison de sports d’hiver, il m’appelle pour me proposer de venir à Saint-Moritz le lendemain et de l’accompagner pour une balade à ski avec sa famille! J’hallucine..

Mais ce n’est peut-être que lui qui parle car il ajoute: « Vous verrez, j’ai repeint mon hélicoptère comme mon bateau. »

Le lendemain après avoir crapahuté, franchi un col assez haut avec mon Range Rover, je suis à l’heure au rendez-vous. Je repère Agnelli sur le tarmac de l’héliport, gare ma voiture, crottée, pleine de neige et de boue, dis bonjour et j’entends alors « l’Avvocato », très sérieux: « Monsieur Angeli, où est donc votre avion? » Puis en direction de sa famille « Vous savez, il a même des sous-marins! »

Ce n’est rien de dire que cet homme m’a fait rêver, frémir, rire et tout à la fois. Il m’a surpris souvent, m’a ému toujours.

Il ne donnait pas de leçon, mais à bien des égards son comportement d’être humain donnait bien une leçon. »

Extrait du livre « Vies Privées » par Bernard Pascuito aux éditions Gründ

Zoom sur les 40 ans de David Bowie

Pour les 40 ans de David Bowie, Daniel Angeli lui a apporté un gâteau sur les pistes de ski de Gstaad.

 

Ce jour-là, David Bowie ne s’attendait pas à la surprise du Paparazzi, il a trouvé ce geste amusant et s’est pris au jeu.

 

ARCHIVES - DAVID BOWIE FETE SES 40 ANS A GSTAAD - 1987
ARCHIVES – DAVID BOWIE FETE SES 40 ANS A GSTAAD

ARCHIVES - DAVID BOWIE FETE SES 40 ANS A GSTAAD - 1987
ARCHIVES – DAVID BOWIE FETE SES 40 ANS A GSTAAD

ARCHIVES - DAVID BOWIE FETE SES 40 ANS A GSTAAD - 1987
ARCHIVES – DAVID BOWIE FETE SES 40 ANS A GSTAAD

ARCHIVES - DAVID BOWIE FETE SES 40 ANS A GSTAAD - 1987
ARCHIVES – DAVID BOWIE FETE SES 40 ANS A GSTAAD

Portofolio de Caroline Cabat

 

Photographe de talent

18581903_292146274567102_7795501393647553435_n

 

Caroline Cabat est une amie proche de Daniel Angeli, nous souhaitons encore la remercier pour son album qu’elle avait réalisé lors de l’inauguration du Fonds de dotation de Daniel Angeli.

Elle a assisté à la soirée mais aussi au making-off, vous pouvez découvrir ces images en cliquant sur le lien ci-dessous.

http://www.carolinecabatphotography.com/dotation_daniel_angeli/#30

Nous vous invitons également à vous rendre sur son site pour apprécier son travail.

http://www.carolinecabatphotography.com/

Quelques mots de Raymond Depardon

160682388

« Angeli est mon compagnon de voyage le plus ancien. Je le connais depuis mes dix-sept ans et il avait seize ans et nous avions une passion commune pour la photographie. Je travaillais en freelance pour l’agence Dalmas et il travaillait au laboratoire, développant mes films. Certains soirs, nous sommes allés à un film à Montparnasse, puis à un café où nous avons mis le monde droit. Il est resté à Paris, a travaillé avec les étoiles. J’étais plus dans la politique étrangère, alors j’ai voyagé. Il a créé sa propre agence et j’ai commencé Gamma. Je voulais qu’il fasse partie de mon programme ici à Arles: il a été une partie très importante de ma vie et il faut être de vrais amis pour traverser tout ça ensemble. Je le considère comme un bon, un grand photographe. Il sait comment construire une photo: quand il encadre il encadre bien. « 

Raymond Depardon