Zoom sur la rencontre avec John Lennon


Textes Bernard Pascuito, Extrait du livre Vies Privées, Edition Gründ

1971 – Festival de Cannes

« Je le retrouve à Cannes où il était venu présenter deux films à la Quinzaine des réalisateurs dans le cadre du festival de Cannes.

Deux ovnis décriés par la critique et le public, mais peu lui importait tant il assumait sa personnalité déjantée.

Il était évidemment accompagné de l’incontournable Yoko Ono. Pas la peine de dire que j’étais le seul à me souvenir de notre première rencontre.

Sans trop y croire, j’avais demandé un rendez-vous photo et je l’avais obtenu comme si c’était la chose la plus naturelle du monde!

Je n’y croyais pas tout à fait, mais au jour dit, Yoko m’ouvrit, avec un grand sourire, la porte de leur suite de l’hôtel Carlton.

« Entrez, John vous attend. »

Rien de plus simple… elle me guide alors vers la salle de bain où nous attendait en effet John, trônant sur le siège des toilettes.

J’étais on ne peut plus gêné, pas lui qui, tout à son affaire, m’offrit tout de même de faire quelques photos.

Je déclinai, rougissant sans doute, ce qui provoquera son hilarité.

Après ça, j’ai pu commencer mon reportage et très vite je me suis senti à l’aise avec lui.

Il était très nature, c’est le moins que l’on puisse dire.

Photos en intérieur, photos en extérieur, avec ou sans Yoko, je ne croyais pas à ma chance.

En quelques heures, nous étions devenus de vieux copains, le tout en baragouinant au moyen de mon mauvais anglais et de ses quelques connaissances de français.

Nous avons passé quelques jours ensemble, comme ça, sans trop nous quitter.

Je les accompagnais dans les magasins où ils faisaient du shopping.

J’ai même accepter de guider John dans un cinéma qui passait des films pornos 24 heures sur 24!

J’étais épuisé et tout cela ne me passionnait pas, alors je m’emdormais dès le début de la séance et il me réveillait à grands coups de coude dès que, sur l’écran, l’action s’emballait.

Le jour où ils sont partis, je les ai accompagnés à l’aéroport. Ils partaient pour Gibraltar: « On va se marier là-bas, si tu viens avec nous, tu pourras faire les photos de notre mariage en exclusivité. »

Nous étions sur le tarmac, je n’avais rien d’autre sur moi que mes appareils, je n’ai pas osé dire oui.

Il se sont envolés, mes regrets sont restés ancrés longtemps.

Pourquoi avoir tourné le dos à cette chance inouïe?

Les paparazzi ne sont pas toujours des aventuriers… »

Catégories :collectionTags:, , , , , , , , , , , ,

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :